Elon Musk écrit le 20 juillet 2016 sur le “blog” de Tesla :

Le premier master plan que j’ai écris il y a dix ans est en train de s’achever. Ce n’était pas aussi compliqué que ça en avait l’air et il consistait fondamentalement à :

  1. Créer une voiture à faible volume, qui coûterait nécessairement chère.
  2. Utiliser cet argent pour développer une voiture à volume moyen à un coût plus faible.
  3. Utiliser cet argent pour créer une voiture abordable grand public.
    Et…
  4. Fournir de l’énergie solaire. Aucune plaisanterie, c’était écrit sur notre site depuis 10 ans.

Nous avons du démarrer avec l’étape 1 car c’était la seule chose que je pouvais faire avec mon argent, gagné par la vente de PayPal. Je pensais que mes chances de succès étaient tellement faibles que je ne voulais pas risquer de l’argent d’autrui au début du projet – seulement le miens. La liste des startups automobiles ayant réussi est courte. En 2016, le nombre d’entreprises Américaines n’ayant pas fait faillite est de 2 : Ford et Tesla. Créer une entreprise automobile est de la pure idiotie, et une entreprise de voiture électrique est de l’idiotie au carré.

Aussi, une voiture à faible volume implique une usine plus petite et simple, en réalisant la plupart des choses à la main. Sans les économies d’échelles, tout ce que nous construisons serait cher, que ce soit une berline économique ou une voiture de sport.

Alors que certaines personnes seraient prêtent à payer un prix élevé pour une voiture de sport, personne n’allait payer $100 000 pour une Honda Civic électrique, aussi cool soit-elle.

L’une des raison pour laquelle j’ai écris le premier master plan a été de défendre Tesla contre les attaques inévitables prétendant la construction de voitures pour les riches, et impliquant le fait que nous pensions qu’il y avait un manque d’entreprises de voitures de sports ou d’autre raison bizarre. Malheureusement, le blog n’a pas arrêté les nombreux articles attaquant très exactement sur ces terrains, donc il n’a clairement pas atteint l’objectif voulu.

Cependant, la raison principale était d’expliquer comment nos actions s’intègrent dans un contexte plus large, afin qu’elles semblent moins aléatoires. Le but de tout cela était et reste, d’accélérer l’avènement d’une énergie durable, afin que nous puissions nous imaginez une vie heureuse dans un avenir lointain. C’est ce que “durable” signifie. Ce n’est pas quelque chose de fou ou d’hippie, cela nous touche tous.

Par définition, nous devons à un moment donné atteindre une économie énergétiquement durable ou nous allons manquer d’énergies fossiles à bruler et la civilisation s’effondrera. Étant donné que de toute façon, nous devons nous libérer des énergies fossiles et que pratiquement l’ensemble de la communauté scientifique est d’accord sur le fait qu’augmenter considérablement la concentration de carbone dans l’atmosphère et les océans est insensé, plus vite nous atteindrons la durabilité, mieux ce sera.

Voici ce que nous prévoyons de réaliser pour que ce jour arrive plus tôt :

Intégrer la production et le stockage de l’énergie

Créer un beau produit toit solaire-avec-batterie joliment intégré qui fonctionne simplement, redonnant le contrôle à l’individu, puis le décliner à l’échelle mondiale. Une seule expérience d’achat, une installation, un contact de service et une application mobile.

Nous ne pouvons pas réaliser cela correctement si Tesla et Solarcity sont deux entreprises distinctes, c’est pourquoi nous avons besoin de combiner et de casser les barrières inhérentes à la séparation de nos entreprises. Le fait qu’elles soient séparées, malgré des origines similaires et une poursuite d’un objectif commun qui est la création d’une énergie durable, est en grande partie un accident de l’Histoire. Maintenant que Tesla est prête à proposer le Powerwall à grande échelle, et que Solarcity est prête à fournir un produit solaire unique, le temps est venu de les associer.

Se développer pour couvrir les principaux modes de transport terrestres

Aujourd’hui Tesla adresse deux secteurs relativement petits : la berline premium et le SUV. Avec le modèle 3, un futur SUV compacte et un nouveau camion pickup, nous planifions d’adresser la majorité du marché grand public. Un véhicule moins cher que le modèle 3 ne sera probablement pas nécessaire notamment à cause de la troisième partie de ce plan décrite ci-dessous.

Ce qui compte vraiment pour accélérer l’avancé vers un avenir durable est d’être capable d’augmenter l’échelle de production le plus rapidement possible. C’est pourquoi Tesla ingénieries a décidé de se focaliser fortement sur le design des machines qui créent les machines – redéfinissant l’usine elle-même comme produit. Une analyse selon les principes premiers de la physique de la production automobile suggère qu’une amélioration d’un facteur entre 5 et 10 est réalisable, cela à la troisième version de l’usine, sur un cycle d’itération de 2 ans.

La première usine dédiée au Model 3 devrait être pensée en tant que version 0.5, avec une version 1.0 probablement en 2018.

En plus de véhicules grand public, il y a besoin de 2 autres types de véhicules électriques : des camions lourds ainsi que des transports urbains à forte densité de passagers. Les deux sont aux tout premiers stade de développement chez Tesla et devraient être dévoilés l’année prochaine. Nous croyons que le semi-remorque Tesla délivrera une réduction considérable du coût de transport de marchandises, tout en augmentant la sécurité en plus de le rendre vraiment amusant à manœuvrer.

Avec l’avènement de l’autonomie, cela fera surement sens de réduire la taille des bus et de transposer le métier de conducteur de bus à celui de gestionnaire de flotte. Les embouteillages devraient s’améliorer en raison d’une augmentation de la densité de passager en éliminant les allées centrales et en mettant des sièges à la place des entrées actuelles, et en adaptant l’accélération et le freinage par rapport aux autres véhicules, cela éviterait l’impédance inertielle des bus traditionnels et fluidifierait le trafic. Cela permettrait aussi de conduire les personnes jusqu’à leur destination finale. Les boutons fixes d’appel à l’arrêt serviraient ceux qui n’ont pas de téléphone. La conception actuelle accueille les fauteuils roulant, les poussettes et les vélos.

Autonomie

A mesure de l’évolution de la technologie, l’ensemble des véhicules Tesla disposeront du matériel nécessaire pour être totalement autonome – auto-conduite – avec une capacité de dépannage, ce qui signifie que si un système donné dans la voiture venait à se casser, votre voiture roulerait encore en toute sécurité. Il est important de souligner le fait que le développement et la validation du logiciel prendra beaucoup plus de temps que de mettre en place les caméras, le radar, le sonar et le matériel informatique.

Même lorsque le logiciel sera affiné et meilleur qu’un conducteur humain moyen, il y aura toujours un temps plus ou moins long , dépendant de la juridiction, avant que la véritable auto-conduite soit approuvée par les autorités de réglementations. Nous nous attendons à ce que l’approbation mondiale des réglementations nécessite environ 10 milliards de kilomètres. L’apprentissage actuel de la flotte se fait à plus de 5 millions de kilomètres par jour.

Je voudrais ajouter ici une note pour expliquer pourquoi Tesla déploie l’autonomie partielle dès à présent, plutôt que d’attendre jusqu’à une certaine date dans le futur. La raison la plus importante est que, lorsqu’elle est utilisée correctement, elle est déjà beaucoup plus sûre qu’une personne conduisant par elle-même et il serait donc moralement répréhensible de retarder le déploiement simplement par peur d’une mauvaise presse ou d’un calcul mercantile de la responsabilité légale.

Selon le rapport 2015 du NHTSA – National Highway Traffic Safety Administration – récemment publié, les décès liés à l’automobile ont augmenté de 8% pour atteindre 1 décé tous les 143 Millions de kilomètres. Les kilomètres de l’Autopilot vont bientôt atteindre le double de ce nombre sachant que le système s’améliore de jour en jour.

Cela ne ferait pas plus de sens de désactiver l’Autopilot Tesla, comme certains ont demandé, que de désactiver le pilote automatique des avions, après lequel notre système est nommé.

Il est aussi important d’expliquer pourquoi nous nous référons à l’Autopilot en tant que version “bêta”. Ce n’est pas un logiciel beta dans le sens commun du terme. Chaque version est soumise à des validations internes approfondies avant d’atteindre les utilisateurs. Il est appelé “beta” afin de diminuer les complaisances et d’indiquer qu’il va continuer à s’améliorer (l’Autopilot est toujours désactivé par défaut). Une fois que le pilote automatique atteindra un niveau de sécurité approximativement 10 fois supérieurs à la moyenne des véhicules américains, alors le libellé “bêta” sera supprimé.

Partage

Lorsque la véritable auto-conduite sera approuvée par les autorités de régulations, cela signifiera que vous pourrez appeler votre Tesla de presque n’importe où. Une fois monté dedans, vous pourrez dormir, lire ou faire autre chose pendant la route.

Vous serez également en mesure d’ajouter votre voiture à la flotte partagée Tesla en appuyant sur un bouton de l’application mobile Tesla et lui faire générer des revenus pour vous pendant que vous êtes au travail ou en vacances, compensant considérablement voir dépassant potentiellement le coût mensuel du prêt ou de la location. Cela réduira considérablement le coût réel de la possession au point où presque n’importe qui pourrait posséder une Tesla.

Étant donné que la majorité des voitures ne sont utilisées que 5 à 10% de la journée par leur propriétaire, l’utilité économique fondamentale d’une véritable voiture autonome serait susceptible d’être plusieurs fois celle d’une voiture non-autonome.

Dans les villes où la demande est supérieure à l’offre des voitures propriétaires, Tesla mettra en oeuvre sa propre flotte, assurant un accompagnement où que vous soyez.

Donc en bref, le Master Plan, Partie Deux c’est :

Créer un toit solaire sublime avec batterie de stockage intégrée.
Développer la gamme de véhicules électriques afin de répondre à l’ensemble des principaux segments.
Développer une capacité d’autonomie de conduite qui est 10 fois plus sûre que la conduite manuelle grâce à un apprentissage de flotte massif.
Permettre à votre voiture de vous faire gagner de l’argent lorsque vous ne l’utilisez pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.