Option B: Surmonter l’adversité, être résilient, retrouver l’aptitude au bonheur.

Ce livre est assez touchant. Il raconte l’expérience traumatisante de Sheryl Sandberg la directrice des opération (COO) de Facebook qui a vu son mari mourir.
Voici ce que j’en ai retenu :

Croyances – les Trois « P »

Il y a typiquement 3 croyances qui nous tombent dessus lorsque l’on vit un événement aussi grave :

  • Personnalisation – La croyance que nous sommes fautifs.
  • Pervasiveness (omniprésence) – La croyance qu’un événement affectera tous les aspects de notre vie.
  • Permanence – La croyance que les répercussions de l’événement dureront pour toujours.

Compassion

Le meilleur moyen d’être digne de compassion envers un.e ami.e est la simple présence, prendre conscience et être présent.

Lorsque quelqu’un souffre, nous devons suivre la règle de platine : traiter les autres comme ils veulent être traités. Cela fait référence et est une évolution de la règle d’or : « Ne fais pas à autrui ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse ».

La compassion envers soi-même qui est tout aussi importante vient de la reconnaissance du fait que nos imperfections font partie de l’être humain.

Blâmer l’action plutôt que le caractère : se sentir coupable au lieu d’avoir honte est mieux.
La culpabilité peut être une motivation à s’améliorer, la honte fait que l’on peut se sentir sans valeur et petit.

Inspirations et concepts

Le journal du soir : écrire 3 bonnes choses faites aujourd’hui chaque soir.

Aller de l’avant pour rebondir – 5 manières post-traumatiques de grandir :

  • Trouver une force personnelle « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort » de Nietzsche (pour une fois que le correcteur automatique est maxi efficace !).

// C’est assez drôle car j’ai d’abord rencontré cette phrase/citation dans une chanson bien commerciale de Kelly Clarkson – Stronger remixée par je ne sais plus quel DJ et je n’avais jamais cru que cela venait d’un philosophe. 

  • Gagner de l’estime.
  • Établir des relations plus profondes.
  • Découvrir plus de sens dans la vie.
  • Voir de nouvelles possibilités.

« Laissez-moi tomber si je dois échouer. Celui que je deviens me rattrapera. »

« Je n’allais pas être un produit de mon ADN. J’allais être le produit de mes actions »

Concepts utiles pour l’éducation des enfants :

Quand les enfants ont une bonne note, au lieu de dire  «»Bon travail” plutôt dire «»”Je suis content que tu ais fait de ton mieux” c’est de la traduction basique mais l’idée est intéressante. Le but est d’enseigner aux enfants que surmonter les difficultés est notre façon de grandir. Il faut normaliser la lutte permanente. Cela est très bien décrit dans le livre The Obstacle Is The Way de Ryan Holiday que j’ai résumé dans cet article. L’échec doit être compris comme une possibilité de grandir et d’apprendre.

Quand un enfant éprouve des difficultés en mathématiques :

« le sentiment que les mathématiques sont difficiles, c’est la sensation que ton cerveau grandit ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.