Vélib v2

J’aime beaucoup les velib’ pour de nombreuses raisons. C’est le meilleur compromis social, environnemental & économique (coucou les piliers du développement durable) mais aussi en terme de santé, de liberté, d’efficacité et en prime son coté pratique. 

C’est pourquoi j’ai envie de partager mon expérience, une astuce et une piste d’amélioration.

Efficacité

Fondamentalement si nous regardons un moyen de transport efficace pour l’humain, le vélo est sur le podium. Il y a la fameuse citation de Steve Jobs sur « l’ordinateur qui est l’équivalent d’un vélo pour notre esprit ».

C’est ce qu’il dit avant qui est interessant dans notre cas :  

« Je pense que l’une des choses qui nous distingue vraiment des grands primates, c’est que nous sommes des fabricants d’outils. J’ai lu une étude qui mesurait l’efficacité de la locomotion pour diverses espèces sur la planète. Le condor consommait le moins d’énergie pour se déplacer d’un kilomètre. Et, les humains sont arrivés avec un résultat plutôt peu impressionnant, à la fin du premier tiers environ de la liste. […] Mais, quelqu’un chez Scientific American a eu l’idée de tester l’efficacité de la locomotion d’un homme à bicyclette. Et, un homme sur une bicyclette, un humain sur une bicyclette, a éjecté le condor, complètement en haut des classements. » Steve jobs

Un humain a vélo est très efficace car la transmission de l’effort musculaire sur les roues n’a quasiment pas de perte.

Le temps de transport est aussi à prendre en compte. Il est facile d’être entre 15 et 20km/h sur un vélib. L’aménagement des voies avec les 150 000 000 d’euros de la ville de Paris permet sur quelques trajets d’être vraiment rapide. 

Pour comparaison, lea vitesse moyenne des voitures est d’a peine 15km/h sur un trajet. Les bus étaient encore plus lent je crois bien mais les changements de circuits devraient peut-être augmenter la moyenne et les bus transportent plus de personnes.

Le métro reste très certainement un moyen efficace en terme de temps de trajet mais il y a de grosses exceptions. Par exemple pour faire un trajet du type Nation/Montparnasse, j’arrive à mettre 20 minutes sans griller la majorité des feux et sans être en sueur. En métro ligne 6 on est à plus de 30-35 minutes. 

Sobriété

Le système vélib’ est totalement en accord avec la sobriété envers l’accumulation d’objets. La voiture n’est finalement utilisée que très rarement dans une journée (pour aller au travail et y revenir et faire nos quelques déplacements).

Même à 2h par jour (haut volume) cela ne fait que 10% du temps en fonctionnement, le temps restant, la voiture prends de la place. On peut observer la même chose avec son propre vélo.

Le velib résout cela ! Le système est partagé. (c’est aussi l’une des promesses des voitures autonomes). 

Economie, environnement et social

L’abonnement mensuel est à 3,10€, qui fait mieux ? Le vélo est le moyen de transport décarboné par excellence, et faire du vélo est aussi un moyen de faire fonctionner ses muscles des jambes. 

Pratique et plus de liberté

Dans son concept et dans sa réalisation future les stations sont abondantes et je pense tout de même qu’aujourd’hui il est plus facile de trouver un vélib que des trottinettes électriques ou des vélos en libre service. 

Le fait qu’il est un bac à l’avant permet de pouvoir transporter régulièrement un sac, un ordinateur, des affaires de sports voir même ses bagages pour voyager un week-end (oui il faut être minimaliste). 

De plus Il n’y a pas les inconvénients de la maintenance par rapport à avoir son propre vélo.

Le vélo en général pour moi a été un moyen de connaitre Paris autrement que part les noms de stations.

En vélo, vous êtes à une vitesse assez lente pour pouvoir observer autour de vous, connaitre les noms de rues et tout un tas de choses que vous pouvez apprécier comme les piétons. 

Problèmes & défaillance 

Cela dit le changement de version velib’ v2 a amené plusieurs réflexions et pistes d’amélioration. Voici mes principales remarques pour avoir utilisé les deux services assez largement (plus de 8 ans)

Nouvelle poignée : elles donnent l’impression d’être plus confortable et c’est vrai lorsqu’elles sont dans le bon sens. Mais elles le sont rarement et l’envie de les bidouiller démange. 

Aussi, j’ai des traces noir de caoutchouc sur les mains. Ce n’était pas quelques choses que j’avais remarqué avec la première version.

Un problème récurent est le passage en troisième vitesse qui ne se fait pas bien. L’ « astuce » est de tirer sur le câble en direct et de le garder un peu à la main. C’est vraiment désagréable et c’est vraiment quelque chose que j’ai de plus en plus souvent sur les vélos. 

Il y a d’autres choses telles que le caoutchouc sur les pédales qui part rapidement et l’écran du vélo assez illisible au soleil et souvent rayé. 

Les nouvelles bornes gardent plus de saletés et déchets en tous genres. Le nettoyage doit être moins pratique aussi car l’eau circule moins facilement; 

Y-a-t-il vraiment besoin d’un socle pour la roue ?  L’ancien système permettait d’être nettoyer plus facilement. 

Le nouveau système permet d’avoir moins de roues avants voilées peut-être et doit être un moyen pratique pour pouvoir recharger les vélos. 

Amélioration

Une chose qui serait vraiment la bienvenue serait une meilleure information sur les pictogrammes de dysfonctionnement et un meilleur moyen de signaler un dysfonctionnement. 

On en est toujours à mettre la selle à l’envers. Il y a 10 chiffres sur chaque vélo qui pourraient servir à 10 signalements particuliers.