Pour apprendre ou pour lire ?

En pleine lecture de la biographie d’Einstein par Walter Isaacson en anglais, je suis heureux de pouvoir littéralement toucher un mot pour avoir sa traduction et/ou définition.

Un concept intéressant que j’aimerais retrouver pus tard ? Je peux le surligner me créer une note.

Un passage pouvant faire une bonne citation ou un bon à propos ? Je peux facilement le partager sur internet ou à un ami par message.

En train de manger ou de prendre un café ? Le livre ne se referme pas.

Le concept du nombre de pages ? Obsolète.

Je commence sur une tablette. Je pars de chez moi. Je peux continuer dans le métro ou dans une file d’attente exactement là où j’en étais sur mon téléphone.

La police est trop petite ? Je l’augmente.

Bien sur, je préfère lire près d’un feu de cheminée avec un livre qui sent bon avec ce touché particulier des feuilles fines de la pléiade. Mais avant cela, j’ai envie de découvrir et d’apprendre.